Partie commentée.

Combat Mission Shock Force et module OTAN

« Teamwork required »

Par John Kelly.

 

Battlefront est silencieux ces derniers mois avec la presse spécialisée, très silencieux même, sûrement pour préparer la sortie de Combat Mission : Battle for Normandy (CM :BN)... Nous n’avons de ce fait pas eu accès à une version test du dernier module mettant en scène l’OTAN, ou plus précisément le Canada, les Pays Bas et l’Allemagne. Cependant, comme chez nous, à PC4WAR, on n’est pas rancuniers, nous avons acheté le jeu dont voici le rapport après action (ou AAR) d’un des scénarios mettant en scène quelques nouvelles unités.

 

Le temps ne me permettant pas de faire un rapport d’action d’une partie jouée contre un adversaire humain, j’ai donc choisi d’affronter l’intelligence artificielle mise en place par le créateur de la mission choisie. Il me fallait ensuite trouver un scénario intéressant, c'est-à-dire mettant en scène les nouvelles unités proposées, j’ai donc opté pour « teamwork required », une des 25 missions additionnelles du module. Pourquoi celle-ci plus qu’une autre ? Tout simplement parce qu’elle met en scène les trois nouvelles nations en plus des forces américaines et que le challenge semblait intéressant.

Votre mission, si vous l’acceptez…

Alors que l’offensive bat son plein sur tous les fronts, une compagnie mécanisée syrienne accompagnée de chars a réussi à percer le flanc les lignes allemandes et se dirigent vers un pont ayant une importance stratégique car sans son contrôle, plus de ravitaillement pour les troupes de la Bundeswehr. Les vétérans de CM : SF ont peut être le regard qui s’illumine en voyant la mention de pont, ceux-ci étant désespérément absents (ainsi que l’eau) dans le jeu de Battlefront. Rangez vos espoirs, la rivière est à sec et le pont est encore une fois représenté par un tronçon de route goudronnée bordé de murets. Il va falloir attendre quelque temps et la sortie de CM : BN pour enfin retrouver nos jolis ouvrages d’art !

01

Le "pont". Vivement CM :BN !

Bref, ma mission est de tenir pendant 45 minutes les différents lieux clés de la carte : le marché, l’ancien poste de police, la scierie et la résidence du Sheikh Haman Bin Kala. Ces lieux sont matérialisés par des zones vertes que je dois garder sous contrôle. Mes troupes s’articulent de la manière suivante :

Au marché, un Marder 1A3 allemand armé d’un autocanon de 20mm et de missiles Milan ainsi qu’une section d’infanterie allemande.

-Deux CV9035 hollandais équipés du redoutable canon de 35mm et deux sections d’infanterie.

A l’ancien poste de police, j’ai deux autres CV9035 et trois sections hollandaises.

La scierie est tenue par les allemands et je dispose de 5 Marder, un véhicule léger Wolf, le commandant de compagnie, un observateur d’artillerie, une équipe sniper et 3 sections d’infanterie.

Enfin, la villa du Sheik est sous contrôle américain avec 4 M2A3 Bradley et 3 sections d’infanterie.

Le support d’artillerie est composé de deux unités de mortiers de 120 à 2 et 3 tubes et on me promet un renfort de chars lourds Leopard canadiens en cours de partie (voir carte).

Face à un adversaire humain (choisi de préférence  sur le site communautaire francophone www.appui-feu.com) j’aurais choisi de jouer la partie en PBEM (en tour par tour par e-mail) mais contre l’IA je décide de jouer en temps réel pour donner du rythme à la partie, sachant qu’il est toujours possible de mettre le jeu en pause pour donner des ordres. La difficulté est définie au  niveau « fer » et les évènements sont relatés sous forme de compte à rebours.

carte avec légende

Déploiement :

Avant de commencer la partie, j’embarque les sections d’infanterie dans les véhicules blindés disposant de lanceurs anti-char Javelin (pour les américains) et Panzerschreck (pour les hollandais), je donne l’ordre « prendre » et équipe mes groupes de combat (GdC) avant de les faire débarquer. Pour ceux d’entre vous qui sont peu familiers avec le système CM2x, il est possible à un GdC de se réapprovisionner en munitions en montant dans un véhicule, cependant la quantité de munitions emportée influe sur la fatigue de l’unité lors des déplacements.

Je laisse le déploiement initial prévu par le concepteur, sachant que l’ennemi va arriver de l’est vers le pont, j’ai tout intérêt à garder un œil sur la route et ses abords en utilisant les hauteurs du poste de police et du marché.

C’est parti !

44minutes avant la fin : Dès les premières secondes une équipe située au marché repère un BMP-1 syrien au niveau du compound (ensemble de bâtiments) au nord-est, je déploie donc les troupes situées  à la station de police pour établir un point fort et tenter de détruire les blindés ennemis en approche (photos 1 et 2).

photo1

photo2

Je déploie également les autres APC (armored personnel carrier-transport de troupes blindé) en optimisant les lignes de vues, je compte surtout m’appuyer sur les Marder et leurs milans pour éclaircir un peu les rangs ennemis, gardant les Bradley en réserve.

Un BMP passe à toute allure sur le chemin de terre longeant le nord de la carte, ne laissant pas le temps de tirer à mon blindé en poste, je fais une pause rapide, juste le temps de lui assigner un arc de tir couvrant le chemin, ainsi il engagera toute cible pénétrant les limites de cet arc. (photo3)

photo3

43’ Alors que tout se met en place les premiers tirs ont lieux. Un de mes CV9035 situé sur la colline du poste de police engage un BMP arrêté sur le chemin du nord. Les premiers obus KETF (Kinetic Energy Time Fuze, munition qui disperse 162 sous-projectiles en tungstène à très haute vélocité) de 35mm pénètrent de flanc et mettent le vénérable transport blindé made in Soviet Union au tapis.

42’ Le piège se referme sur les transports syriens, l’épave du premier BMP bloque la progression des suivants, lancés à toute vitesse, et les carcasses s’entassent bientôt, les passagers et les  équipages tentant vainement de s’extraire des véhicules en flammes. (photo4)

photo4

Au moins deux véhicules ennemis réussissent tout de même à passer lors du rechargement du canon de 35mm.

41’ Je m’attends à voir débarquer les survivants au niveau du bois près de la scierie lorsqu’un BMP surgit devant un Marder et subit aussitôt le feu croisé de deux canons automatiques de 20mm, un second BMP apparait alors, un troisième Marder et un CV9035 ouvrent le feu, ne laissant pas la possibilité de réagir au syrien. Les deux APC sont détruits alors les premiers fantassins syriens sont repérés dans la forêt. Une équipe rpg (roquette anti-char) qui tente de s’approcher est accrochée et détruite par un Marder. (photo5)

photo5

40’ Un troisième BMP surgit du bois et immobilise un Marder d’un coup placé au moteur avant de se faire détruire. Puis deux autres BMP s’engagent dans la bataille, enfin, si on veut car ils sont détruits en quelques secondes sans avoir le temps de faire quoi que ce soit.

39’ Vive l’IA ! Au lieu de se replier et de panser ses plaies, elle envoie son infanterie et son dernier BMP à l’attaque pour se faire tailler en pièces ! Mais ne nous réjouissons pas trop vite, un contact est décelé au sud-est dans la forêt, montrons-nous prudents. Comme pour le mouvement nord, la progression ennemis se dessine clairement rien qu’en regardant la carte (voir capture) et je dois placer mes APC pour engager l’ennemi à sa sortie du bois. Je compte mettre mes Bradleys à l’épreuve en plus des véhicules qui protègent le marché et j’envoie un GdC allemand en reconnaissance vers la forêt.

38’ Comme je le disais, rien n’est gagné et un Marder est mis hors de combat par une équipe anti-char syrienne au niveau de la scierie, l’équipage a tout juste le temps de s’extraire et je les envoie se mettre au chaud dans le bâtiment.  J’envoie un commando allemand à leur poursuite (j’utilise l’ordre « traquer » afin qu’ils stoppent en cas de mauvaise rencontre, la distance de vue étant réduite). Un CV9035 se dirigeant de l’est vers le poste de police repère un, puis deux BMP dans la forêt au sud est. Le commando allemand tombe nez à nez sur une section syrienne et l’engage, mais une grenade vient rebondir et  exploser au milieu des hommes, faisant un blessé grave et deux blessés légers. (photo 6) Il est intéressant de signaler que la modélisation des grenades à main dans CM2x suit une procédure complexe au niveau des trajectoires et des rebonds. Ainsi dès son lancement, chaque grenade devient un objet à part entière et en admettant que le soldat qui manipule une  grenade soit tué avant d’avoir pu lancer son projectile, celle-ci tombera à ses pieds et risquera de tuer ses coéquipiers !

photo6

Je planifie une frappe d’artillerie sur le carrefour où semblent se rassembler les forces mécanisées ennemies au sud-est, mais le délai de 7 minutes sera sans doute trop long (c’est une section d’infanterie qui demande la frappe) (photo7). Je décide donc de transporter l’observateur d ‘artillerie sur les hauteurs proches du poste de police et le fait donc embarquer dans le Wolf.

photo7

36’ Le Marder immobilisé précédemment reçoit un coup de rpg-7  qui heureusement ne fait aucun dégât. L’équipage vétéran reste stoïque et riposte avec succès. Le commando envoyé dans la forêt tient toujours le coup et un des membres de l’équipe stabilise le blessé grave (un blessé grave n’étant pas soigné peut décéder et de ce fait engendrer une perte de points). (photo8)

photo8

Les Bradley engagent l’avant-garde syrienne qui apparait comme prévu au détour du chemin à l’est. Les missiles TOW s’envolent et les canons de 25mm crachent les obus à une cadence soutenue, stoppant l’avance ennemie. (photo9)

photo9

35’ C’est au tour des CV hollandais de se joindre à la curée, les BMP arrivant sans discontinuer au sud sont détruits inexorablement.

Au nord, un BMP sort du bois et le Marder immobilisé prend un obus qui tue le conducteur. Quelques secondes plus tard le transport blindé ennemi  prend un missile Javelin tiré de la résidence du Cheikh par une section américaine (photo10). Il semble que d’autres APC arrivent par le chemin au nord. Une seconde section allemande vient appuyer la première qui est toujours sous le feu ennemi.

Photo10

34’ La section allemande postée en reconnaissance au sud du marché est engagée par un GdC syrien. Au nord mes deux GdC se font engager mais ripostent vaillamment, j’en envoie un au contact (je donne un ordre « assaut », de ce fait une moitié de la section avance rapidement pendant que la seconde moitié reste en support, puis la deuxième moitié avance etc.) pendant que le second reste posté en appui-feu.

33’ Des groupes de combat syriens tentent d’avancer vers le marché mais un feu nourri les accueille depuis les toits où j’ai posté mes GdC hollandais (photo11). Les premiers obus de ciblage des mortiers de 120mm tombent au sud au niveau du carrefour de la forêt.

photo11

31’  Les obus pleuvent mais  la précision n’est pas au rendez-vous car j’ai utilisé une section lambda pour guider mon tir et comme ils ne disposent que d’outils classiques (carte, boussole) pour guider les tirs, la précision est approximative.

Au nord, le dernier BMP repéré tente une percée et se fait détruire par le héro du jour, le Marder endommagé et ne disposant plus que de 2 membres d’équipage !

Le Wolf dépose l’observateur d’artillerie puis reprend sa route vers le nord à la rencontre des GdC allemands qui se battent dans la forêt.

30’ Au sud, des troupes syriennes sont repérées entrain de traverser un gué. Elles semblent se diriger vers la résidence du Sheikh. (photo12)

photo12

29’  Au nord, le Wolf tombe dans une embuscade et le chauffeur est tué.

28’ Je fais progresser mes deux sections allemandes vers la carcasse du Wolf en prenant soin de passer au large des véhicules ennemis en feu, ceux-ci continuant à émettre des explosions secondaires (les munitions contenues dans les véhicules enflammés peuvent exploser de manière aléatoire, occasionnant des dégâts aux unités à proximité). C’est un peu trop calme, je m’attends à voir débarquer les chars Syriens annoncés dans le briefing, il reste 28 minutes de jeu. Comme il me reste du soutien d’artillerie, j’organise une frappe en ligne sur la route qui relie le pont. J’utilise l’observateur avancé ce qui réduit les délais et me garanti une bonne précision de tir. (photo13)

photo13

26’ Une de mes sections est engagée au nord, un homme y passe et les autres ripostent, un Marder arrive en renfort.

24’ Le premier obus de ciblage tombe juste devant le pont, on reconnait les pros, le tir est précis ! Un BMP est repéré au nord-est sur le chemin forestier (photo14), je lance une mission d’artillerie avec l’observateur (on peut en effet initier plusieurs frappes avec une seule unité), nouveau tir en ligne sur le chemin d’où ils arrivent. Dans le même temps à l’opposé de la carte un peloton de 4 Léopard canadiens arrive, je les déploie aussitôt en binômes sur la largeur du terrain. (photo15)

photo15

23’, Attaque coordonnée de l’ennemi, des équipes atgm (missile anti-char) sont repérées au sud-est (photo16), il faut s’en débarrasser au plus vite car s’ils se mettent en batterie je serai vulnérable. Un missile loupe de peu un CV vers le poste de police où je dépêche d’urgence 2 Bradley.

photo16

22’ Les Leopard arrivent sur zone et commencent à donner de la voix, et autant dire qu’en face ça n’en mène pas large ! (photo17) L’ennemi est fixé en lisière nord-est, ce qui m’arrange car les premiers obus de 120mm de mes mortiers vont bientôt tomber sur leurs positions.

photo17

20’ Les obus pleuvent et la partie s’arrête soudain, la faute à un moral défaillant et à des pertes énormes côté syrien…

Ils sont où les chars ennemis ?

Victoire majeure, j’ai perdu 9 hommes dont 3 blessés j’ai un Marder et un Wolf hors de service et en face c’est le carnage : 284 tués, 99 blessés et 41 blindés détruits ! J’ai gardé tous mes objectifs et infligé d’énormes pertes à l’ennemi.

Ce résultat surprenant n’est pas seulement dû a une bonne gestion de mes troupes et du terrain, contre un adversaire humain disposant des ressources syriennes j’aurais subit plus de pertes et certainement perdu un ou plusieurs objectifs. Le plan de l’IA, conçu par le créateur de la mission, bien que profitant du terrain pour progresser, ne laisse pas assez d’initiative. Ainsi lorsque les premiers BMP sont tombés sous les coups de mes blindés, les autres ont bêtement continué à avancer, se jetant dans la gueule du loup. Malgré tout, une victoire rouge semble difficile tant la différence de technologie est énorme entre les adversaires. Que ce soit l’armement, la protection active ou l’acquisition/désignation de cible, le BMP-1 est un vestige de la guerre froide alors que les Marder, CV et autre Bradley disposent des dernières améliorations en matière d’armement, on peut clairement dire qu’au XXIe siècle le nombre ne fait plus forcément la force à partir du moment où le conflit est asymétrique.

Et ce module alors ?

Terminons en parlant tout de même du contenu du dernier module en date. Certes, le choix des nations présentes correspond certainement à une volonté de ne pas modéliser trop de matériel, le Canada, l’Allemagne et les Pays-Bas utilisant le même char de bataille, le Leopard. Il aurait été plus juste de modéliser également les forces françaises car alors que canadiens et hollandais partent d’Asie Centrale, nous restons présents et envoyons du matériel varié de plus en plus apte à effectuer du travail de qualité sur le théâtre afghan (merci aux mécanos et opérateurs…). Certes CM :SF prend place en Syrie, mais nombreux sont les concepteurs de scénarios à situer leurs créations plus à l’est…

05

L'arbre de campagne allemande dans toute sa complexité.

Ceci étant dit, la qualité de la modélisation des nombreuses unités représentées est encore une fois excellente et le contenu de cette extension lui confère une bonne durée de vie. Ce sont ainsi 3 nouvelles campagnes totalisant 36 scénarios (dont l’impressionnante campagne dynamique allemande de 25 missions) et 25 missions indépendantes qui ont été ajoutées, ainsi que 50 nouvelles cartes pour les batailles rapides (pour un grand total de 275 !).

Mais le côté « rouge » n’a pas été oublié, avec l’implémentation du Shilka (introduit dans CM : Afghanistan) et d’un pick-up équipé d’un double canon de 23mm mais également de soutien aérien sous la forme de Mig-21, Mig-23 et du redoutable Su-25, sans oublier l’hélicoptère Mi-24 Hind. Cette présence aérienne répond à la demande des joueurs, car même si en cas de conflit les bases aériennes seraient détruites avant toute offensive terrestre, il est intéressant de pouvoir créer des missions comportant un soutien aérien syrien.