PC4WAR 35

 

Combat Mission : Shock Force, le module Marines

 

par John Kelly 

 

200px-USMC_logo

 

Genre : Stratégie Temps Réel

 Développeur : Battlefront

Editeur : Battlefront/Paradox

Site officiel : www.battlefront.com

 

Un peu plus d'un an après la commercialisation de CM : SF, une flopée de correctifs a grandement amélioré sa jouabilité et sa stabilité. Le premier module, dédié à l'US Marines Corps, est enfin disponible et apporte son lot d’améliorations. L'achat de ce module est-il vraiment indispensable ? C'est la question à laquelle nous allons tenter de répondre dans les lignes qui suivent...

  

Semper Fidelis !

Toujours fidèle et prêt à entrer en scène sur le théâtre Syrien, l’USMC est l’acteur principal de ce premier module pour CM : SF. Au programme, une arme à part avec une doctrine à part. Ceux qui ont l’habitude de jouer le camp US depuis plus d’un an seront peut être un peu dépaysés au début. En effet, nos fusiliers marins ont un atout majeur : la puissance de feu brute ! Et pour cause, là où la plupart des autres forces présentes dans le jeu articulent leur organisation autour de sections de 7 à 9 hommes, les Marines emploient des sections de 13 soldats armés jusqu’aux dents. Les chefs de section sont équipés du redoutable lance-grenades automatique de 40mm M32 délivrant des munitions explosives ou de terribles thermobarriques(voir encadré) et d’un fusil d’assaut M-4. Le fusil de base en dotation est le M-16A4, plus encombrant que le M-4 mais en contrepartie plus efficace au-delà de 300 mètres et pouvant assurer un tir de suppression efficace jusqu’à 500 mètres. Chaque section emporte également des lance-missiles LAW et M136 pour engager les blindés ou déloger les ennemis retranchés. De quoi mener de véritables assauts et exprimer vos tactiques offensives les plus audacieuses !

 

Cette gorge a été fermement disputée

 Cette gorge a été fermement disputée.

 

L’autre grande différence tient dans l’emploi des armes antichar plus puissantes. Les missiles à guidage autonome « Javelin » ne sont pas en dotation automatique dans chaque section de combat mais sont servis par des équipes spécialisées. Dans la réalité, un bataillon de Marines compte seulement 8 équipes de ce type, vous ne trouverez donc aucun module de lancement dans les véhicules de l’USMC, seulement des missiles seuls pour ravitailler les binômes antichars. Dans le même registre, le missile non guidé SMAW (arme d’assaut multi-rôles d’épaule)  équipera seulement les sections dédiées à son maniement. Terminée donc la prolifération des « Javelin », et place à un peu plus de finesse dans le maniement des groupes de combat.

 

La progression de l'infanterie est un plaisir pour les yeux

La progression de l'infanterie est un plaisir pour les yeux.

 

Un arsenal impressionnant.

Il est évident que nos valeureux Marines ne vont pas au combat sans soutien, ils disposent donc de véhicules divers et variés.

Le fer de lance des corps expéditionnaires est composé des véhicules de transport amphibie AAV-7A1. Armés d’un lance-grenades automatique et d’une mitrailleuse de 12.7mm, ce sont de véritables pachydermes roulants de 8 mètres de long et pouvant accueillir 25 soldats et leur équipement. Autant dire qu’un coup de RPG bien placé peut faire très mal ! La famille des LAV (véhicules blindés légers de reconnaissance) est également bien représentée avec les modèles LAV-25 (canon), LAV-AT (missiles TOW) et LAV-C2 (véhicule de commandement armé d’une mitrailleuse moyenne M240). Tous les LAV sont disponibles en version « standard » ou « A2 » (meilleurs blindage, suspension revisitée et système de visée plus efficace). Les Bradleys sont maintenant déclinés en version « normale » ou sur-blindée avec des briques réactives (voir encadré). Bien entendu, le char M1A1 équipant le corps des Marines est également présent dans sa version FEP (Firepower Enhancement Program/programme d’amélioration de puissance de feu). Le « vieil » Abrams recevant un système de détection tous temps, un localisateur de cible lointaine et un télémètre laser.

 

Les AAV sont une cible de choix pour les missiles adverses

Les AAV sont une cible de choix pour les missiles adverses.

 

Enfin, l’apparition des camions Mk23, blindés ou non et armés d’une mitrailleuse de 12,7mm, offre un moyen de transport plus classique sur les champs de batailles.

N’oublions pas le soutien aérien : nos vaillants fantassins pourront compter sur la présence rassurante des F/A-18 Hornet, des célèbres AV-8 Harrier et des hélicoptères de combat AH-1W Cobra. Leur puissance de feu et leur impunité sont des atouts majeurs lors des affrontements.

 

 

 

Le soutien aérien est encore plus impressionnant

 Le soutien aérien est encore plus impressionnant !

  

Du nouveau côté Syrien ?

Même si le nom du module est équivoque, les troupes syriennes n'ont pas été oubliées. La 14ème division aéroportée fait donc son entrée sur les champs de batailles avec hommes et équipement.

Cette division fait partie des « forces spéciales » et malgré son nom, elle n'est pas dédiée aux opérations aéroportées (faute d'avions de transport) mais regroupe l'élite des combattants syriens. Les différentes sections de paras d’un même peloton ont chacune un équipement différent, l'une prend en compte l'arme automatique collective (RPK-74) tandis que l'autre a le RPG-7D en support (voir encadré). Ces groupes de combat sont équipés du fusil AKS-74U, plus compact que la « Kalashnikov » classique, et donc moins efficace au delà de 250 mètres. On retrouve ainsi l'équivalent des groupes de PM russes ou de Jägers allemands des précédents Combat Mission : redoutables jusqu'à 100 mètres ! Des groupes de démolition font également partie de ces forces spéciales, apportant la flexibilité liée à l'utilisation de charges explosives en milieu urbain. Enfin, l'arsenal antichar comprend les redoutables AT-13 et AT-14.

Du côté des véhicules, le transport de troupes BMP-3 et le char de bataille T-90 viennent renforcer les dotations syriennes.

Le premier permet d'avoir un support de feu conséquent pour appuyer l'infanterie : avec son canon de 100mm, son canon automatique de 30mm et ses 3 mitrailleuses moyennes; c'est l'arme de prédilection contre les points de résistance ennemis.

Le second marque l'entrée en scène côté syrien du must des blindés russes. Le T-90 dispose d'un blindage efficace renforcé par des briques réactives (Kontact-5) et d'un système de défense passive contre les attaques par missile Shtora éjectant des fumigènes anti-infrarouges lorsqu'un signal laser de verrouillage missile est détecté.

Ces nouveaux équipements ont beau être redoutables sur le terrain, ils ne sont pas moins vulnérables aux armes antichar américaines. Le « Javelin » reste donc la menace principale des blindés syriens. Pour terminer, n'oublions pas l'apparition du BRDM-2 antichar de dernière génération, armé du missile AT-5 en lieu et place de l'AT-3.

 

 

 

 

 

Le T-90 ajoute une force de frappe certaine au camp syrien

Le T-90 ajoute une force de frappe certaine au camp syrien…

 

L'enfer du devoir.

Afin d'exploiter tous vos clinquants joujoux, vous aurez un choix de 15 nouveaux scenarii et une nouvelle campagne retraçant le débarquement du 26e Corps Expéditionnaire en Syrie. Cette dernière, composée d’une vingtaine de scenarii, est d’excellente facture. Nous n’avons pu jouer que la moitié des scenarii faute de temps mais l’ambiance est bien là et vous serez parfois sujet à de sacrés coups de chaud face à l’armée syrienne ! Vous devrez être vigilant et préserver votre noyau d’unités sous peine de finir la campagne sur les rotules. Seule ombre au tableau, les briefings n'ont pas été traduits dans la langue de Molière et il faudra attendre que les membres de la communauté francophone prennent les choses en main et réparent cet oubli ou utiliser votre dictionnaire bilingue favori pour savoir avec précision ce qui vous est demandé !

 

Les paras syriens veulent en découdre

Les paras syriens veulent en découdre.

 

Alors, indispensable ?

Il serait bien difficile de ne pas vous conseiller ce module tant il nous a agréablement surpris. D’une part l’intégration des nouvelles unités se fait en douceur mais change la manière de jouer (du moins côté US) pour peu qu’on prenne le temps de découvrir les atouts et les faiblesses des Marines, sans oublier les nouvelles possibilités offensives et défensives côté OpFor. D’autre part, les corrections et autres évolutions apportées en même temps par le patch 1.10 améliorent l’immersion et la stabilité du jeu, mais ceci est l’objet d’un autre article ! La maturité atteinte par ce module pourrait  convaincre même les plus réfractaires au théâtre d’opérations syrien (si tant est que cela puisse être un frein étant donné le nombre de modifications possibles…) et les aficionados ne regretteront pas de dépenser quelques euros pour  pouvoir combattre aux côtés, ou contre l’US Marines Corps. Les autres, quant à eux, trouveront sûrement que débourser 25$ pour un simple module est trop cher payé, et préféreront ne profiter que du dernier correctif disponible gratuitement sur le site de Battlefront.

 

 

 

Sur cette capture on peut constater la modélisation de la suspension du LAV-25

Sur cette capture on peut constater la modélisation de la suspension du LAV-25.

 Qualités :

 -La campagne, longue et vraiment bien ficelée.

-Les nouvelles unités, loin d’être anodines.

-Les améliorations liées au patch 1.10.

 

Défauts :

-Toujours ni eau ni ponts.

-Prix.

 

Configuration minimum/conseillée :

 -Windows XP où Vista.

-Processeur 1,8 Ghz/2,8Ghz.

-Mémoire vive 256Mo/1Go.

-Carte graphique nvidia 5200 ou ATI radeon 9200/nvidia 6800 ou ATI Radeon x850

-1 Go d’espace disque.

 

Note :         8,5/10

 

 
 

ENCADRE ARMEMENT

 

Munition thermobarrique :

Les munitions thermobarriques sont composées d’un réservoir de combustible et de deux charges explosives. Après la mise à feu, la première charge disperse le combustible dans l’air ambiant, puis la seconde charge enflamme ce dernier, créant un effet de dépression en brûlant l’oxygène. Ces armes sont particulièrement efficaces lorsqu’elles sont employées contre des espaces clos.

 

Blindage par briques réactives ERA :

Ce type de blindage consiste à poser des « briques » composées de blindage léger et d’explosif sur le blindage d’origine du véhicule. Lors d’un impact de munition la charge est déclenchée, détruisant ou minimisant l’impact de la munition. Ce système est efficace contre les charges creuses (annihilation des effets de cône) et les obus flèches (déviation et casse de la flèche), mais les dernières versions de charges creuse tandem contrent ce blindage.

 

RPG-7 :

Cette arme légendaire créée au début des années 60 par les soviétiques peut tirer une multitude de projectiles différents :

PG-7V à charge creuse

PG-7VL à charge creuse simple, évolution de la 7V

PG-7VR à charge tandem, pouvant déjouer les blindages actifs

OG-7V à fragmentation

TBG-7V à charge thermobarrique

Le modèle 7D3 utilisé par les unités para syriennes se distingue par sa légèreté et la possibilité de le démonter en deux parties pour le transport.

 

 

 

Un point vert indique les modules nésessaires pour jouer une mission

 Un point vert indique les modules nécessaires pour jouer une mission.